Hitman 2 : Rend-t-il hommage à l’Agent 47 ?

hitman 2 aperçu

                Pour ne pas trop être déçu, il est probablement préférable de penser à Hitman 2 comme à la saison 2 du renouveau de la saga en 2016, il n’a pas beaucoup de nouvelles fonctionnalités, mais il livre un grand catalogue de choix d’assassinats.L’énorme variété d’options pour réussir des éliminations furtives donne une sensation extrêmement satisfaisante, même quand on le rejoue plusieurs fois. En dehors de cela, l’agent 47 n’a presque plus de nouveaux jouets à nous présenter et l’histoire qui l’entoure est simplement malaisante à plusieurs niveaux.

Contrairement à la plupart des jeux, qui adorent vous envoyer dans des endroits insolites et exotiques, la série Hitman fonctionne mieux lorsque vous abattez des cibles dans les environnements les plus faciles et les plus quotidiens possibles. Par exemple, tout le monde se souvient de la mission classique du clown à l’anniversaire de Hitman: Blood Money. De même, la banlieue mondaine de Hitman 2 dans le Vermont et les denses missions des taudis de Mumbai sont les vedettes de ce nouvel ensemble. Dans le premier, vous faites un peu l’invasion de domicile entre deux rues vagabondes, alors que les trois objectifs de ce dernier sont tellement dispersés que vous avez vraiment l’impression de vous promener dans une ville pleine de monde avec de nombreuses façons d’accomplir votre mission. En revanche, la finale se déroule sur une île qui fait office de lieu de secte, qui ressemble au loin à une paire d’yeux, ce qui frise le ridicule. C’est toujours une mission difficile et complexe, mais elle n’est pas aussi mémorable.

Les bacs à sable de Hitman 2 sont toujours aussi riches en gadgets et en déguisements. Et je veux dire que la liberté sur le jeu est exactement la même que sur le premier opus. Il n’y a qu’une poignée de nouvelles armes, et aucune d’entre elles ne change la donne. Il existe un pistolet à fléchettes qui peut être utilisé pour assommer des cibles à mi-distance, ce qui rend les choses un peu plus pratiques, mais mon préféré sont les pièces de monnaie qui peuvent être utilisées pour distraire ou (plus souvent dans mon cas) attirer un méchant où vous voulez qu’ils aillent pour pouvoir les ‘’ Terminer ‘’ Tranquillement, à l’abri des regards indiscrets. Pour cela, j’ai préféré utiliser le bon fil de fer à l’ancienne, car cela vous permet automatiquement de faire glisser le corps,ce qui vous fait gagner un temps précieux lorsque vous cherchez à cacher le cadavre. En ce qui concerne les autres nouveaux outils de l’agent 47, je n’ai jamais ressenti le désir d’utiliser des grenades à fragmentation ou des mines,probablement parce qu’être un assassin barbare n’est pas ma marque personnelle.Mais si c’est la vôtre, vous aurez ce choix à votre disposition.

Et cela fait partie de la question. Il y a toujours beaucoup de place pour l’expérimentation,car il est vraiment impossible de voir et de faire tout ce que la mission offre en une seule partie. Les scénarios secondaires racontent de petites histoires dans le cadre de la grande histoire…Si vous y prêtez attention. J’ai vraiment apprécié ces sortes de nouvelles jouables, et certaines sont même limitées dans le temps : Si vous ne les déclenchez pas assez vite, vous perdrez cette opportunité et elles expireront.

L’un des moments forts est lorsque j’ai imité le cadavre lors d’un rituel funéraire, puis me suis assis et ai poignardé ma cible au cou alors qu’elle rendait ses derniers hommages. Mais il a fallu énormément de circonstances pour me mettre dans cette position pour réussir glorieusement et violemment : Je devais voler un poignard de cérémonie, qui nécessitait une infiltration, qui nécessitait de multiples déguisements, ce qui nécessitait d’étudier le parcours et les comportements de personnes…Vous l’aurez compris, dans Hitman 2, vous serez en permanence nécessiteux. Pour le meilleur et pour le pire, jouer à Hitman 2, c’est comme construire un château de cartes : Glorieux quand il est terminé, mais un faux mouvement ou un mauvais souffle met tout en ruine.

Quelques autres grands moments de mes aventures avec 47 : J’ai empilé huit ou neuf cadavres dans un buisson de banlieue, empoisonné une machine à fumigation,déclenché de façon sadique un interrupteur-suicide relié à une nano-bombe dans le cou de quelqu’un, arraché un gars de la falaise pendant que j’étais accroché à cette même falaise à la Sam Fisher, avais étranglé un chef de gang avec un ruban à mesurer alors que je me faisais passer pour un tailleur qui la préparait pour un habit, poignardé un espion russe octogénaire au cou alors qu’il tendait la main vers son paquet de cigarettes après avoir réglé le compte à sa douzaine de gardes pour finalement l’atteindre, et … eh bien, je pourrais continuer, mais vous me comprenez bien. Vous quitterez Hitman 2 avec de nombreux moments de jeu mémorables.

J’aimais beaucoup empoisonner les gens en général, ce qui est l’une des touches phares de la saga. Un seigneur de la drogue impitoyable qui s’attend à ce qu’un tatoueur de renommée mondiale vienne chez lui pour réparer une encre infectée ?Pourquoi ne pas l’intercepter au bar, empoisonner sa bière quand il ne regarde pas, puis le suivre dans la salle de bain pour le rouer de coups pendant qu’il vomit ?

Les nouveautés, points de départ et autres avantages pour modifier le bac à sable que vous pouvez déverrouiller lorsque vous jouez les missions d’une certaine manière, contribuent à ajouter à ces moments, de sorte que lors de votre prochain retour, la possibilité de rejouer soit à la fois intégrée et efficace.Rejouer encore et encore les mêmes parties est activement encouragé. Même les niveaux de difficulté changent les paramètres de jeu en supprimant les astuces de l’interface utilisateur, en augmentant l’intelligence des PNJ, etc.

La Patience est une Vertu

Comme tout bon jeu furtif, Hitman 2 ne demande pas simplement votre patience, il l’exige. Le moindre échec peut gâcher complètement votre mission (ou en faire une grosse fusillade, ce qui n’est pas vraiment le but de ce jeu), mais une sauvegarde automatique judicieusement déployée et la possibilité d’effectuer une sauvegarde manuelle n’importe où signifient que vous ne perdez jamais trop dans votre progression, à moins que vous ne soyez sur la plus haute difficulté, ce qui vous limite à une sauvegarde par mission. Cela peut toujours être frustrant d’échouer encore et encore, mais vous devez vous rappeler qu’il y a tellement de choix sur une map donnée que vous pouvez complètement changer votre approche si quelque chose ne fonctionne pas. Quand je voulais d’abord choisir une victime spécifique dans une pièce, mais que je n’avais aucune chance de l’attirer avec une pièce lancée sans que personne d’autre ne remarque le meurtre, je me suis simplement rendu dans une pièce adjacente, j’ai trouvé une radio et je l’ai allumée pour distraire le gars qui remarquait mes manigances illicites. Problème résolu ! Il y a toujours plusieurs chemins dans ce jeu.

Cela dit, Hitman 2, aussi intelligent qu’il soit, peut parfois être vraiment stupide lorsque l’intelligence artificielle est mauvaise. Dans le Vermont, je me suis caché dans la salle de bain d’une maison très surveillée, j’ai débordé l’évier,puis j’ai nettoyé une douzaine de crétins en les étouffant qui n’arrêtaient pas de venir enquêter sur la distraction, l’un après l’autre. C’était drôle, mais il est difficile de se sentir fier de gagner de cette façon. A quoi sert d’être un maître assassin quand vos cibles s’alignent littéralement pour être assassinées ?

Là encore, la sensation opposée se produit lorsqu’un meurtre auquel vous vous attendiez depuis des heures porte enfin ses fruits : C’est tout bonnement jouissif.L’escapade finale m’a pris trois heures et valait vraiment la peine. Je devais trouver comment nettoyer des pièces entières – surveillées par des caméras -afin d’obtenir un objet dont j’avais besoin. J’ai utilisé une bonne demi-douzaine de déguisements, peut-être plus. Il a fallu beaucoup de planification méticuleuse et quelques essais et erreurs, mais lorsque tout a finalement été mis en place et que j’ai atteint ma cible, le sentiment d’accomplissement était puissant.

Le suspense est ce dernier brin de tension ajouté par le fait que vous devez vous rendre à l’un des nombreux points de fuite après le dernier massacre, ce qui conduit à certains de mes moments préférés. Certains d’entre eux seront verrouillés si vous n’avez pas la bonne clé ou le bon déguisement, ce qui en fait une évasion encore plus effrénée lorsque vous n’avez pas planifié votre fuite. Si vous devez traverser la carte pour trouver une sortie qui vous est ouverte, sortir en vie peut être aussi difficile que d’entrer.

Le scénario qui lie Diana et l’Agent 47 à ces missions est ridiculement stupide. Exemple : Une première ligne de dialogue de la cinématique d’ouverture est, et je cite : « L’homme qu’ils chassent est un ami d’enfance de 47 ans… et contrairement à celui-ci, il se souvient de tout ! ».Il est également mal présenté. Les cinématiques ne sont que des story-boards narrés et pas particulièrement bonnes. Cette tentative à petit budget d’explorer l’arrière-plan de 47 est aussi mauvaise que celle du film Hitman de 2007, mettant en vedette Timothy Olyphant, et tout ce que je voulais, pendant ces interludes trop longs et mal écrits, était de revenir à garroter des crétins.

Pendant ce temps, le mode Sniper Assassin revient avec une multitude de scénarios personnalisables pour améliorer encore la possibilité de rejouer sans arrêt au jeu, et Ghost multijoueur est tout nouveau. C’est un mode compétitif 1v1, mais vous et votre rival existez dans des réalités parallèles. Par conséquent, vous ne pouvez généralement pas interagir avec lui à moins d’obtenir la pièce Fantôme, que vous pouvez jeter dans leur réalité pour véritablement briser leurs plans. Et même s’il est nouveau, son rythme rapide n’est pas synchronisé avec le reste des chasses laborieuses et scénarisées de Hitman 2. Ça ne gêne pas vraiment lorsque vous parcourez la carte en essayant de battre votre ami jusqu’à la cible (car une fois que l’un de vous abat la cible marquée, l’autre personne n’a que quelques secondes pour faire de même avant qu’un point ne soit attribué à l’instigateur).

Le développeur Io dit que nous verrons également d’autres excellentes missions Elusive Target de Hitman – des scénarios limités dans le temps où vous avez une chance (et seulement une) de vaincre votre cible – y compris une où nous allons pouvoir rejoindre un nombre incalculable de personnages de télé tels que Sean Bean.

Conclusion

Hitman 2 n’ajoute pas grand chose à la structure de son prédécesseur et ressemble donc davantage à Hitman 1.5 qu’à une suite à part entière. Mais ce n’est pas une mauvaise chose. En proposant un plus grand nombre de bacs à sable furtifs parmi les plus profonds et les plus complets dans un seul paquet plutôt que six cas épisodiques, il réussit à séduire. L’inclusion de Hitman (2016) est un bonus pour ceux qui n’ont pas eu le temps de reprendre la saga. En espérant qu’ils mettent plus d’efforts dans l’intrigue la prochaine fois.

Votez pour la qualité de cet article !

0 1

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>