Notre Test & Avis sur le casque VR HTC Vive

Nous avons rédigé un gros dossier informatif sur les casques VR que nous vous conseillons de consulter avant de passer à l’achat.

Le casque HTC Vive est certainement, avec l’Oculus Rift, le casque de réalité virtuelle le plus abouti du moment.

Il promet une immersion totale à l’utilisateur qui n’est pas obligé de rester assis sur son canapé ou devant son bureau, mais peut vraiment se déplacer sur quelques mètres. Il faudra donc pousser un peu les meubles pour ne pas tout casser à la maison !

Alors, à presque 850,00 € chez Amazon, ce casque tient-il réellement ses promesses ? Et surtout, après un an et demi de vie, faut-il toujours craquer pour ce casque VR ?

htc vive

 

Le casque VR HTC Vive

htc vive reviewPeut-être encore plus que l’Oculus Rift, le HTC Vive est le casque de réalité virtuelle le plus “hype” du moment. Il faut dire que les promesses sont alléchantes : plus qu’une expérience de VR classique, en position assise, l’appareil permet une immersion de tout le corps, grâce à la possibilité de se déplacer réellement sur plusieurs mètres et la présence de deux contrôleurs à reconnaissance de mouvements. Techniquement, le HTC Vive est pourtant assez standard : on retrouve deux écrans Oled — un par œil — affichant chacun 1080 x 1200 px, un champ de vision de 110 degrés et une vitesse de rafraîchissement de 90 Hz.

Ce qui différencie le HTC Vive des autres casques du marché, c’est l’ajout de deux émetteurs “Lighthouse” à placer de part et d’autre de la pièce où l’appareil est utilisé. Celle-ci doit mesurer au minimum 3 m² et au maximum 20 m². Deux contrôleurs sans fil qui vont devenir les mains de l’utilisateur dans l’univers virtuel sont également fournis.

A lire aussi : On a testé le Hamswan SC-Y005

Design et ergonomie

htc vive avisDéjà le HTC Vive est livré dans une boîte suffisamment classe pour être mentionnée !

Le casque en lui-même est assez volumineux et pèse plutôt son poids avec 600 grammes contre 500 pour l’Oculus Rift. Un poids qui n’est pas idéalement réparti, la partie avant étant bien plus volumineuse. L’ensemble est constitué d’un plastique noir, lisse et brillant qui semble assez solide. Les finitions sont bonnes, tout est impeccablement fixé et aucune vis disgracieuse ne vient gâcher l’esthétique. Si le HTC Vive ne propose pas de solution audio intégrée, contrairement au Rift, il dispose tout de même d’une prise jack femelle, placée au-dessus du casque. On peut donc y brancher facilement n’importe quel type d’écouteurs. Le système d’attache n’est pas des plus pratiques. Les scratchs latéraux ont tendance à ne pas toujours se placer bien droit et, surtout, l’accès à la bande supérieure, au-dessus de la tête, est loin d’être évident. Il faut en effet passer la main sous les câbles pour accéder au velcro, ce qui devient vite pénible. D’une manière générale, le casque VR manque un peu de stabilité lorsqu’il est fixé sur la tête, à moins de serrer au maximum les bandes. En revanche, la zone autour des lentilles est large, et les porteurs de lunettes seront très à l’aise. HTC a opté pour une mousse assez légère et très souple autour des yeux, ce qui s’avère très confortable, mais retient en revanche rapidement la transpiration.

Pour leur part, les contrôleurs sont un modèle de design et d’ergonomie. Légers, mais pas trop, ils offrent une excellente préhension et deviennent quasi instantanément une extension naturelle des bras. La position des boutons est idéale, excepté celui du côté gauche, difficilement accessible. On profite ainsi d’une gâchette très souple qui tombe impeccablement sous l’index, d’une surface ronde à la fois tactile et cliquable sous le pouce, et de deux boutons supplémentaires en façade, dont l’un permet d’accéder immédiatement à l’interface Steam VR. Ces contrôleurs se rechargent très simplement via un port micro-USB et offrent environ quatre heures d’autonomie.

Le montage du HTC Vive

htc vive testPenchons-nous maintenant sur l’installation. Étant donné le contenu généreux de la boîte, on pourrait avoir peur d’une mise en place fastidieuse. Heureusement, l’appareil se montre docile et le paramétrage via Steam VR passe comme une lettre à la poste. Il faut savoir que les émetteurs Lighthouse sont indépendants du PC et qu’il suffit de les relier électriquement pour les activer. Le casque en lui-même est relié à un boitier qui propose trois connecteurs (USB, HDMI et alimentation). Contrairement à l’Oculus Rift, le Vive doit donc être branché au secteur pour fonctionner. Étant donné la spécificité “Room Scale” (à l’échelle de la pièce) de ce casque, le câble est d’une longueur généreuse, on profite donc de déplacements sur 6 mètres.

Étape extrêmement importante lors de l’installation du casque VR : le “scan” de la pièce est extrêmement bien expliqué par Steam VR. Il faut tracer les limites de la zone d’utilisation au moyen d’un contrôleur. Une fois cette calibration terminée et le casque correctement connecté, l’expérience de réalité virtuelle peut commencer. Bref, si la mise en place s’avère assez longue (compter une petite heure, déballage du matériel compris), elle reste simple si l’on suit à la lettre les instructions de Steam VR.

A voir également : Notre Test du Google Daydream View

Performances

casque vr htc viveComme pour le test de l’Oculus Rift, rappelons que la définition proposée ici (1080 x 1200 px par œil) reste encore trop juste pour profiter d’une image lisse et parfaitement nette. Cependant, le HTC Vive s’en tire un peu mieux sur ce point. Sur la plupart des titres essayés, la grille se voit moins, les textes au loin sont un peu plus lisibles. Est-ce dû à une meilleure optimisation des jeux ou au diamètre des lentilles un peu plus important ? Difficile à dire…

Mais je dois reconnaître que l’expérience procurée par l’appareil est assez dingue, et a même quelque chose de magique. Avec un peu de recul, cependant, tout cela n’est pas sans défaut. Tout d’abord, le souci le plus évident est celui de la place nécessaire pour en profiter pleinement. Au quotidien, avoir une pièce vide, ou presque, entièrement dédiée à la VR est loin d’être évident et l’on s’imagine difficilement utiliser le casque dans un salon, une chambre ou un bureau.

Notons aussi que le confort d’utilisation n’est pas optimal, d’autant plus lorsque l’on s’agite beaucoup, contrôleurs en main — ce qui est bien plus amusant, avouons-le. Évoquée plus haut, la mousse autour des yeux donne vite chaud, et la transpiration apparait rapidement. En outre, la présence permanente d’un câble autour des pieds est problématique et l’on doit régulièrement se retourner pour éviter d’être gêné dans ses déplacements.

Le HTC Vive est il un bon casque VR ?

Alors oui, le HTC Vive était certainement le casque de réalité virtuelle proposant l’expérience immersive la plus impressionnante qui soit, jusqu’à l’arrivé des casques Mixed Reality de Microsoft.

Si son système de détection des mouvements est certes un modèle de précision, force est de constater que les conditions pour en profiter sont complexes, surtout sans pièce dédiée, et que le confort d’utilisation n’est pas optimal.

Donc soit HTC sort une nouvelle version un peu plus aboutie de son casque VR, soit il en baisse le prix, sous peine de se faire manger le marché par les casques Microsoft, nettement moins chers, plus simples d’utilisation et aujourd’hui plus performants, sans parler du fait qu’ils sont maintenant également compatibles avec le contenu Steam VR.

casque realite virtuelle htc vive

Points forts :

  • Une immersion sans équivalent
  • Précision des mouvements
  • Ergonomie des contrôleurs
  • Qualité de l’interface Steam VR

Points faibles :

  • Mousse autour des yeux qui fait transpirer
  • Réglages du casque peu pratiques
  • Le câble qui gêne souvent
  • Difficilement utilisable sans environnement dédié
  • prix

Votez pour cet article !

0 0