Le clavier Alloy Elite RGB de chez HyperX

Présentation cu clavier HyperX Alloy Elite RGB

Le constructeur de barrettes de RAM fait aussi dans le périphérique gaming.

On connait surtout HyperX en tant que fabricant de barrettes de RAM aux qualités éprouvées, pourtant le constructeur s’est lancé dans la réalisation de périphériques gamer depuis quelques années. Lorgnant de manière assumée sur le haut de gamme de la concurrence, ce nouveau clavier HyperX, vendu 139,99 €, vient ouvertement chasser sur les terres des Corsair K95, ASUS Claymore ou MSI Vigor.

Pré"sentation du clavier Alloy Elite RGB de chez HyperX

Design et ergonomie.

Le HyperX Alloy Elite RGB reprend le design de la première version. En effet, pour s’imposer sur ce marché très concurrentiel, les ingénieurs de chez Kingston sont partis d’une fiche technique éprouvée, à savoir un châssis en aluminium, gage de poids, de stabilité et de qualité, sur lequel les clients vont pouvoir retrouver une sélection de switches mécaniques allemands. Le clavier est donc équipé des célèbres Cherry MX Red plébiscités par les gamers pour leur faible force d’actionnement et leur absence de clic. On notera l’absence de coque qui laisse justement apparaitre les switchs.

Vue de la coque de l'HyperX alloy Elite RGB qui laisse voir les switchs
Toujours testés pour 50 millions d’activations minimum, ces interrupteurs font partie des meilleurs du marché, et on aura bien du mal à les prendre en défaut, quel que soit le châssis où ils sont installés. On regrettera simplement de ne pas trouver de version du clavier équipé des MX Silent (plus silencieux) ou des MX Speed, même si l’on comprend le choix marketing, ces modèles étant plus onéreux.
Seule différence au niveau visuel, les touches multimédias et la roulette du volume sonore sont désormais de couleur grise.
Évidemment, la grande nouveauté avec ce clavier concernera l’ajout de l’éclairage RGB sous chacune des touches ainsi que d’une barre lumineuse effectuant la séparation entre la partie clavier et les touches de fonctions.

Vue du clavier HyperX Alloy Elite RGB avec le repose poignet détaché
Le câble tressé noir servant à brancher le clavier est toujours aussi épais, mais celui-ci a pour particularité de se terminer par 2 prises USB : une pour alimenter le clavier, l’autre pour alimenter un port USB situé à l’arrière du clavier. Il est ainsi possible de brancher n’importe quel périphérique (souris, clé USB. Mais il faudra se contenter d’un simple port USB 2.0, lequel, s’il est certes suffisant pour utiliser une souris, sera bien moins efficace dès qu’il s’agira de transférer des données.

Dernier élément, le repose-poignet amovible est toujours de la partie. Celui-ci vient se clipser sous le clavier et, en plus d’améliorer le confort d’utilisation avec son revêtement soft touch texturé, il vient ajouter une jolie touche au design du clavier.

La plus grosse déception vient finalement du haut du châssis (qui héberge le bouton gaming désactivant la touche Windows, la molette de réglage du son, ainsi que divers boutons pour changer de profil RGB à la volée) qui est intégralement en plastique. Si la présence d’alu sous les switches MX s’avère indispensable pour limiter le bruit lors de la frappe, HyperX semble avoir opté pour la solution économique en ne nous proposant pas un châssis intégralement en aluminium, comme c’est le cas chez ses concurrents, le K70 de Corsair par exemple.

Vue du cadre en acier rigide

Les caractéristiques.

Le clavier a des dimensions classiques avec ses 44,4 cm de long et 22,7 cm de large pour un peu moins de 1,5 kg. Les touches sont également suffisamment larges pour éviter les fautes de frappe et le repose-poignet ajoute un vrai confort d’utilisation.

Au niveau des fonctionnalités, l’Alloy Elite RGB reprend une fiche technique éprouvée avec un anti-ghosting complet (toutes les touches peuvent être activées en même temps), une prise USB (2.0 seulement) permettant de brancher une clef ou votre souris, et un système RGB avancé avec un paramétrage pour chaque touche plus la barre lumineuse située en haut du clavier.
L’élément original de ce clavier qui était déjà présent sur les autres modèles de la marque : le jeu de touches supplémentaires pour les touches 1, 2, 3, 4, Z, Q, S, D. Pour les changer, c’est simple, il suffit de se munir de la pince fournie pour retirer les touches une par une. Mais il faut bien l’avouer, même si cela ajoute une touche de couleur grise en accord avec les raccourcis multimédia, ces touches n’apportent pas grand-chose en plus. Seules les touches ZQSD texturées permettront de se retrouver un peu plus facilement sur le clavier sans le regarder.

Vue des touches supplémentaires pour le clavier Alloy Elite RGB

Grande nouveauté pour ce clavier et je dirais même pour la marque : nous avons enfin droit à un logiciel avec un périphérique HyperX (et il était temps !).

Avec ce logiciel il est désormais possible de :

  • Créer des profils personnalisés
  • Créer des macros
  • Personnaliser le rétroéclairage

Pour la gestion de profils, le problème est que le logiciel n’est pas des plus intuitifs ! Heureusement, HyperX a pensé aux utilisateurs en proposant une vidéo explicative du fonctionnement du logiciel, que vous pouvez trouver ici.

Il est donc possible de créer une multitude de profils dans le logiciel ainsi que d’en enregistrer 3 directement dans la mémoire du clavier. Sachez également qu’HyperX donne accès à toute une liste de profils préétablis depuis leur site https://www.hyperxgaming.com/fr/ngenuity/profiles

Il est ensuite possible de reconfigurer la fonction de chacune des touches du clavier. Une liste de fonctions est proposée et il sera possible de créer ses propres macros. (Je vous invite à voir notre article « Qu’est-ce que les macros sur les périphériques gamer ? »)

Vue du panneau de contrôle de la personnalisation RGB

Au niveau de la personnalisation du rétroéclairage, plusieurs effets sont proposés et il est même possible de cumuler 2 effets entre eux pour plus d’originalité. On peut ainsi personnaliser le rétro éclairage selon les différentes zones du clavier ou le personnaliser touche pas touche (onglet « Freestyle »). Rien à redire, c’est complet et largement suffisant.

Conclusion.

Certes, à 139,99 €, ça reste assez onéreux pour un clavier, mais c’est au final un clavier qui se trouve dans la fourchette de prix des concurrents proposant ce même niveau de qualité et de fonctionnalités (Switchs Cherry MX Red, finitions en aluminium, rétro éclairage RGB, touches multimédia dédiées, logiciel, gestion de macro). Un clavier que je recommanderai donc sans hésiter, même si, à mon sens, le logiciel mériterait d’être un peu plus intuitif et qu’il est également regrettable que le port USB du clavier ne soit toujours pas en 3.0. Il est peut être dommage également que les puristes n’aient pas le choix entre différents types d’interrupteurs Cherry.

Comme toujours, je vous invite aussi à consulter notre guide comparatif des différents claviers gamers.

 

Votez pour la qualité de cet article !

1 0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>