Notre test du clavier MSI Vigor GK80 RGB

Résumé
Un bon clavier milieu de gamme mais qui souffre tout de même de quelques erreurs de jeunesse comme la mauvaise disposition des touches multimédia et un prix légerement trop élevé à notre goût. Cela reste cependant un clavier de milieu de gamme très correct, en particulier lorsque vous êtes déjà équipé de périphériques MSI avec la possibilité de synchroniser le rétroéclairage par exemple.
Les +
  • Solide et stable
  • Confort et vitesse de frappe
  • Un port USB déporté
  • Le cordon épais mais souple
  • Le rétro-éclairage efficace et suffisamment discret
  • Des fonctions intéressantes accessibles au clavier
  • La sélection du passage de câble
  • Plein de capots de touches alternatifs
  • Application smartphone Mystic Light Sync
Les -
  • Un poil trop cher au vu de ses prestations
  • Frappe bruyante
  • Les touches multimédia sont vraiment mal pensées
  • Logiciel incomplet et peu ergonomique
  • Pas de port micro-casque
7.6
Bon
Design - 8
Matériaux - 7
Fonctionnalités - 8
Frappe Gaming - 8.5
Saise de Texte - 7.5
Silencieux - 6.5

Si MSI est principalement connu pour ses cartes mères et ses cartes graphiques, il s’attaque, depuis quelque temps déjà, au marché des périphériques destinés aux joueurs : souris, manettes, casques et claviers.
C’est donc avec un plaisir non dissimulé (et avec la grosse tête qui l’accompagne…) que je vous annonce avoir été sollicité par MSI pour faire des tests de ses différents périphériques destinés aux gamers. MSI m’a donc envoyé non pas un, non pas deux, mais trois périphériques, dont ce clavier mécanique Vigor GK80. Mais j’ai aussi reçu la souris Clutch GM60 ainsi que le casque Immerse GH70. Joyeux Noël ! Ils feront, eux aussi, l’objet de reviews séparées mais aussi d’un test avec les 3 périphériques pour que vous ayez un petit rapport complet du logiciel Mystic Light Sync.

vue du clavier seul MSI Vigor GK80

  • Technologie de touche: Cherry MX (Red, Silver)
  • Rétroéclairage: oui, RGB
  • Raccourcis multimédia: oui
  • Raccourcis macro: non
  • Anti-ghosting / Prise en compte simultanée des touches: oui / N-Key
  • Port(s) USB: 1 x USB 2.0 pass-through
  • Fréquence d’interrogation max.: 1000 Hz
  • Port(s) audio: non

Mais sans plus tarder, passons au test du clavier Vigor GK80.

Le test du clavier MSI Vigor GK80

Packaging et bundle

Le packaging reste classique, avec sur l’avant de la boite une photo du clavier, la référence et quelques informations importantes telles que la mention Mystic Light RGB. Sur l’arrière on va retrouver les caractéristiques et fonctionnalités principales du clavier comme un jeu de touches supplémentaires et le type de switchs présents.

vue de l'arrière de la boite du clavier MSI Vigor GK80

 

Au niveau du bundle, on a un manuel d’utilisation mais aussi une boite avec des keycaps (capots de touches en français) supplémentaires pour remplacer ceux en alliage de zinc installés par défaut sur les touches Z,S,Q,D (qui donnent aux doigts une sensation de froid, surtout en cette période hivernale, et sont trop glissantes à mon goût !). Ce ne sont pas moins de 12 keycaps alternatifs qui nous sont fournis afin de remplacer ces 4 touches.
On nous propose soit un jeu standard avec les lettres inscrites dessus, s’accordant ainsi avec le reste du clavier, soit un jeu avec un grip plus caoutchouteux baptisé par MSI « Dragon Scale Texture » ! À noter qu’on a aussi un keycap avec ce même grip pour la barre espace, un autre pour la touche backspace et une petite pince (de forme stylée !) pour changer tout ça sans difficulté.
Un petit détail qui me plait bien : ces keycaps peuvent se ranger dans le repose-poignet ! Ce qui est pratique et évite ainsi de se demander où on a bien pu mettre cette fichue boite !

vue de l'insertion des touches dnas le repose poignets

 

Présentation

Ok, en soi le design du GK 80 n’a rien de très innovant : un châssis en alu brossé, des touches Cherry MX RGB directement fixées dessus et un carénage très discret… On est en plein dans la tendance actuelle, ni plus ni moins. Alors certes, cela n’a rien de rédhibitoire puisque tout ça est bien connu, et apprécié, des gamers qui d’ailleurs recherchent ce type de produit.
Ce clavier prend place dans la lignée des produits gaming Vigor, et nous arrive avec des Cherry MX Red RGB (comme dans mon cas) ou des MX Silver, au choix. Le tout est très logiquement accompagné du système maison « Mystic Light Sync » afin de synchroniser les couleurs de tous vos périphériques. Et en période de Noël, c’est forcément un plus !
De format compact, il a tout de même un pavé numérique, au contraire de son frère, le GK70, qui est, lui, au format TKL. Une profondeur de 14 cm, sans le repose-poignet, et de 21 cm avec, lui permet de trouver place sur n’importe quel bureau.

A lire aussi :  Le test du clavier gamer Klim Chroma

Design et fonctionnalités

Dans son aspect global de finition, je ne trouve pas grand-chose à redire ; on sent la qualité de fabrication à tous les niveaux … ou presque ! En effet, si le châssis en alu brossé offre une belle rigidité et un très bel aspect, j’ai du mal à m’expliquer certaines parties en plastique qui font vraiment cheap.

Cela concerne 2 zones :

  • l’arrière du clavier avec sa pièce en plastique rouge vif qui intègre 4 touches multimédia (peu accessibles mais on y reviendra dans la partie utilisation), ainsi qu’une prise USB 2.0.
    vue du port usb et des touches mutlitmédia du clavier MSI Vigor GK80
  • Les 2 leds RGB proéminentes placées dans les coins avant droit et gauche du clavier. Pourquoi ne pas les avoir vraiment intégrées au clavier ? À vouloir faire trop de RGB, cela lui donne un aspect cheap, avec ces 2 bouts de plastique, qui ne correspondent pas du tout à son positionnement tarifaire.  Et d’ailleurs je regrette aussi, puisque le clavier intègre une sortie USB, qu’on n’ait pas une gestion de la partie audio avec une entrée/sortie pour micro casque.

En ce qui concerne le repose poignet dit autonome (puisqu’il n’a aucune fixation au clavier), au départ cela m’a perturbé et je ne comprenais pas pourquoi MSI n’avait pas fait en sorte qu’on puisse justement l’attacher au clavier. Sauf qu’au final, j’ai réalisé que c’était une idée brillante car, si on le colle au clavier, avec mes grandes mains, il ne sert pas à grand-chose. Mais là, vous pouvez le placer où vous le souhaitez et trouver ainsi une position beaucoup plus confortable. Et de par son poids et ses six gros patins, il ne bougera que si vous vous énervez vraiment sur le clavier ! En revanche, j’aime moyennement son grip que je trouve un peu trop élevé et qui a tendance à « retenir » les mains.

vue du cavier Vigor GK80 et du repose poignet

Par ailleurs, il y a un petit détail que j’apprécie grandement et ça se passe sous le clavier ! Lorsqu’on le retourne, hormis les habituels pieds dépliables permettant de le relever, on découvre un chemin pour le câble afin de le faire passer aisément du côté droit ou du côté gauche du clavier. En effet, son départ de câble n’est pas, comme de coutume, directement sur la façade arrière mais sous le clavier et en position centrale. Ceci permettant de le faire partir soit au centre, soit à gauche, soit à droite et ça, c’est vraiment malin et pratique. D’autant que le câble, lui-même assez épais pour transporter le signal de deux ports USB 2.0, l’un pour le clavier et l’autre pour un port passthrough, reste finalement assez souple.

Vue du passage de câble sous le clavier Vigor GK80

Lire également : Notre test du Corsair K55

Utilisation

Avant de passer à l’utilisation même du clavier, je tiens à revenir sur les touches multimédia. Je pense en effet que le gros point noir de ce clavier est la gestion de la partie multimédia. MSI a en effet choisi de rattacher ce type de commandes à quatre petits boutons placés au fond à droite du clavier, sur la partie descendante de la face arrière, ce qui pose plusieurs problèmes.
D’une part, on voit très difficilement quel bouton correspond à quelle action, la faute à une sérigraphie placée sur le bouton et non devant, ce qui implique de devoir carrément se pencher en avant pour voir les boutons ; d’autre part, on doit prendre garde à ne pas appuyer malencontreusement sur le pavé numérique. Ajoutez à cela le manque d’espace entre ces touches qui crée une confusion à l’appui, et nous voilà avec des fonctions qui se montrent limite inutilisables dans le feu de l’action et bien peu pratiques au quotidien.

Vue du postionnement des boutons mutltimédia du clavier Vigor GK80  Vue d eprès des boutons multimédia du clavier Vigor GK80

 

Pour le reste, ce n’est que du bonheur ! On ne reviendra pas sur la qualité des interrupteurs Cherry MX Red, offrant une action de 2 mm et une course maximale de 4 mm, le tout pour une qualité de frappe indéniable. J’ai d’ailleurs apprécié le retour tactile et le confort général offerts par le Vigor GK80 pendant que j’écrivais ce texte. Les fautes se sont faites rares et je n’ai pas eu à ralentir ma vitesse de frappe pour m’adapter à sa configuration. Tout comme on ne reviendra pas sur le haut niveau sonore ! Mais on sait que lorsque l’on achète ce genre de clavier, ça n’est pas pour tapoter discrètement sur les touches !
Et question touches, il faut bien admettre que MSI fait fort en réussissant à intégrer autant de touches sur son clavier mécanique Vigor GK80 puisqu’on y trouve pas moins de 16 touches de fonctions supplémentaires !

Certes, la plupart de ces touches se rapportent à son système d’éclairage RGB. Il y a 14 modes RGB différents au total, y compris trois modes de jeu spéciaux pour Overwatch, League of Legends et CS: GO. Mais vous pouvez également utiliser le GK80 pour modifier les profils de performance de votre carte mère MSI Gaming compatible et de votre carte graphique MSI Gaming. Il est possible de basculer entre les modes silencieux, jeu et overclocking sans quitter votre jeu. Pratique si vous êtes déjà équipé de matériel MSI, inutile dans le cas contraire.

Vue dela touche dragon du clavier MSI Vigor GK80

Bien qu’il ne possède pas de touches macros dédiées, MSI a prévu un maximum de raccourcis pour son Vigor GK80, par le biais de combinaisons avec sa touche fonction marquée du sceau du dragon. Il est ainsi possible de sélectionner son profil, de changer son mode d’éclairage, d’en contrôler la luminosité, la palette de couleurs, mais aussi de modifier le taux de répétition d’une touche enfoncée. Et dans le logiciel Gaming Center, vous pourrez définir des profils et des macros dédiées en lui assignant des touches.

Les fonctions accessibles depuis le clavier sont donc assez nombreuses, mais aussi un peu déroutantes de par la complexité des manipulations pour arriver au résultat. Il faudra en tout cas garder la notice à proximité pendant un certain temps pour en profiter pleinement, surtout que la sérigraphie n’est pas des plus explicites et que, côté logiciel, on est encore loin de la grande réussite.

Mystic Light Sync

Et évidemment, tout ceci se gère via l’application Mystic Light Sync, ce qui est un plus car on n’a pas besoin d’un logiciel tiers. Mais je dois avouer que le logiciel n’est pas très intuitif et j’ai rencontré quelques difficultés pour paramétrer l’ensemble via le PC et notamment pour faire la synchro des 3 périphériques à ma disposition.

Panneau de contrôle Mystic Light

Mais MSI a eu la bonne idée de faire une application, pour smartphone ! Cela passe par le Wi-Fi et permet de faire autant de réglages que par le logiciel PC. Une application vraiment bien faite et, je trouve, plus ergonomique et plus intuitive. Et puis, il faut avouer que pouvoir changer les éclairages de son clavier (comme de ses autres périphériques) assis dans son canapé c’est le summum du Geek !…J’avoue avoir pas mal joué avec ça ! ^^

Je vous joins quelques photos de l’application smartphone.

screenshot de l'application mystic light 3 screenshot de l'application mystic light 2 screenshot de l'application mystic light 1

 

Conclusion

Après plus de 2 semaines d’utilisation, tant en jeu qu’en bureautique, je dois dire que ce clavier m’a séduit malgré sa taille compacte qui me faisait un peu peur au début. C’est un bon clavier mécanique qui propose une très bonne qualité de frappe. Évidemment comme tout clavier mécanique, avec ce type de switchs, il est bruyant, mais ça, on le sait quand on achète ce genre de produit. Donc si vous ne voulez pas vous fâcher avec votre copine, il faudra pouvoir jouer dans un environnement séparé !
Cependant, au regard de la concurrence, je trouve que son tarif de 156,80 €, chez Amazon, est un peu excessif. Il pêche par quelques erreurs de jeunesse notamment par des mauvais choix ergonomiques comme les touches multimédia ou le manque de partie audio.
Maintenant, si vous êtes un inconditionnel de MSI et que tout votre PC est du MSI, alors ce clavier est fait pour vous puisqu’il permet de tout contrôler.

En changeant un tout petit peu son positionnement tarifaire, MSI aurait pu passer d’un clavier haut de gamme correct à un très bon clavier milieu de gamme, pour ne pas dire parfait. Mais je chipote !

Malgré tout il s’en sort honorablement avec une note de 4/5

 

Et si tout cela ne vous convient pas je vous invite à consulter notre guide d’achat sur les claviers gamers.

Vote pour cet article !

11 1

Donne ton avis en commentaire !

 
Photo and Image Files
 
 
 
Audio and Video Files
 
 
 
Other File Types
 
 
 
  S’abonner  
Notifier de