fbpx

Notre test de la souris gamer Steelseries Rival 300

Résumé
La Rival 300 est finalement une souris assez basique, cela lui permet d'être très simple d'utilisation mais cela limite aussi les possibilités de réglages. Je la trouve adaptée pour les FPS mais moins pour les moba et mmo.
Good
  • Simple d'utilisation
  • Rapport qualité/prix correct
  • Précise
  • Rétroéclairage
Les -
  • Peu de boutons programmables
  • Des commentaires sur Amazon sur la durée de vie
7.7
Très Bon
Design - 8
Matériaux - 7
Ergonomie - 8.5
Capteur - 8
Boutons programmables - 7

J’ai toujours aimé la marque Steelseries, c’est bien souvent un bon rapport qualité/prix avec des produits simples et performants. Du coup, pour mes souris je suis bien souvent sur du Steelseries, ça va d’ailleurs faire 3 ou 4 mois que j’utilise la Steelseries Rival 300 et j’ai donc assez de recul dessus pour donner mon avis.

steelseries-rival-300

Je rappels que la souris se situe dans le milieu de gamme avant de démarrer le test.

Je vous propose de vous intéresser à critères pendant le test : le design & les matériaux, l’ergonomie de la souris et enfin ses fonctionnalités.

test-steelseries-rival-300

Petit rappel des caractéristiques techniques au passage :

  • 6500 DPI
  • 1000 polling rate
  • Rétroéclairage personnalisable
  • Enregistrement de macro
  • Capteur optique
  • 132g
  • Steelseries Engine 3

Vous pouvez aussi retrouver mes autres tests de souris gamer par ici.

J’ai également réalisé une version vidéo test de la Steelseries Rival 300 :

Le Test de la SteelSeries Rival 300 en vidéo

Le design & les matériauxsouris-gamer-test-rival-300

Pour ce qui est des matériaux la steelseries est tout en plastique/caoutchouc sur le dessus de la souris, les zones sur les côtés de la souris sont quant à elles en caoutchouc plus mou et plus rugueux pour avoir la souris bien en main. Les finitions sont vraiment soignées et on sent bien que l’on n’est pas sur du bas de gamme.

Pour le design on est sur un rendu final assez sobre, la souris étant tout en noire avec simplement le logo Steelseries mis en avant.

L’ensemble me parait plutôt solide, comme je le disais je l’utilise depuis plusieurs mois et pas un seul problème pour le moment. Il semblerait cependant que ce ne soit pas le cas de tout le monde à lire les commentaires sur la page Amazon de la Steelseries Rival 300.

A lire aussi : Le test de la Razer DeathAdder Elite

L’ergonomie de la Rival 300avis-steelseries-rival-300

J’ai l’habitude de poser toute la paume de ma main sur ma souris quand je joue et la Steelseries convient parfaitement pour cela. La forme en arrondi sur le côté gauche de la souris me permet de bien positionner mon pouce, je n’ai aucun doigt qui frotte contre le tapis une fois ma main installée et mon poignet et bien positionner ; j’aime vraiment bien cette forme de souris pour le coup. Elle fonctionne également bien pour les gens en Claw Grip (Prise en main avec l’index et le majeur replié).

La souris est assez légère avec ses 130g, là encore cela me convient bien, en revanche impossible de le modifier avec de petit poids comme sur la Rival 600.

Toujours sur l’ergonomie on retrouve 2 boutons situés sur le côté gauche de la souris qui permette d’appuyer sur page Up et page Down par défaut ainsi qu’un bouton pour changer de profil de sensibilité DPI sur le dessus de la souris. Pour le coup je suis pas très fan de ce genre de bouton, on a tendance à appuyer dessus sans faire gaffe et on se retrouve à l’autre bout de la France en un coup de souris. J’ai désactivé le bouton.

Pour ce qui est de la sensation de clic c’est assez classique, rien de spécial à noter de ce côté-là, de même pour le défilement de la molette.

A lire aussi : Le test de la souris gamer Corsair Glaive !

Les fonctionnalités

fonctionnalités-steelseries-rival-300

Commençons par commenter rapidement les caractéristiques techniques : 6500 DPI c’est bien, beaucoup trop et surement jamais utile mais bon c’est réglable. J’ai régler la mienne à 500DPI.

Un polling rate réglable entre 125, 500 et 1000Hz, pas bien compris pourquoi on voudrait régler sa souris en 125HZ (Quelqu’un a une idée ?) mais bon pourquoi pas, j’ai mis la mienne en 1000Hz bien que je ne ressente pas de différence entre le 500 et le 1000Hz.

Toujours côté fonctionnalités il est possible d’enregistrer différents profils de sensibilité comme je vous le disais et vous pouvez switch entre les profils via un bouton sur la souris. Vous pouvez également régler l’accélération et la décélération de la souris même si c’est plutôt déconseillé pour les FPS par exemple.steelseries-rival-300-test-avis

Il est également possible de régler la couleur du rétroéclairage pour le logo et la molette de la souris, impossible de choisir un mode respirant ou clignotant par contre.

Les 6 boutons de la souris sont entièrement programmables mais dans les faits seul 3 boutons supplémentaires sont disponibles si l’on ne prend pas en compte le clic droit et gauche et le défilement de la molette. Cela laisse donc assez peu de place pour de la personnalisation de touche pour les moba ou les mmo par exemple.

Vous pouvez aussi enregistrer des macros via le macro editor, un peu limité vu le peu de boutons supplémentaires encore une fois.

A voir également : Mon avis sur la Corsair Glaive RGB

La Rival 300 vaut-elle le coup ?

steelseries-rival-300

Dans l’ensemble la souris s’en sort très bien grâce à des matériaux de qualité et une bonne ergonomie. Je l’utilise principalement pour du FPS et elle convient parfaitement en revanche j’ai quelques réserves pour les jeux nécessitant beaucoup de touches supplémentaires comme les mobas ou les MMO.

Si vous êtes fan de personnalisation de leds passez votre chemin également.

Sinon elle propose un bon capteur bien précis, une bonne prise en mai et c’est donc une bonne souris pour son prix, simple et performante.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>