Review de Black Ops 4 Zombies !

Le mode zombie est fantastique. Les sensations des armes ; la variation entre passages étroits et espaces ouverts ; la possibilité d’avoir une expérience personnalisée à chaque partie avec un large éventail d’options rendent le tout extrêmement satisfaisant et accueillant. Certainement le meilleur mode de survie jamais créé à ce jour.

 

Le mode zombie a énormément évolué chez Call of Duty durant les 10 dernières années. Construire et reconstruire des barrières tout en éclatant de la cervelle de mort-vivant, c’est tout ce qu’on aime ! Cela peut tout de même désorienter certains adeptes des jeux scriptés où chaque objectif est affiché en gros sur la mini map. De plus, les nouvelles améliorations, les secrets et le système d’atout sous forme d’élixir ne font qu’en rajouter.

 

Heureusement, pour la première fois, Treyharch a inclus un tutoriel robuste qui s’adresse aux nouveaux venus, mais aussi aux vétérans. La coopération à 4 est toujours la bienvenue, et l’attendue intelligence artificielle débarque pour remplacer vos partenaires. Elle n’influera pas sur les objectifs et les quêtes secondaires, mais vous revivra lorsque vous serez à terre et vous suivra sur la map pour éradiquer les walking dead !

Jouer avec des bots n’est pas sans problème. Alors que les 3 camarades robots resteront solidaires la plupart du temps, leur démarche reste assez approximative ce qui vous fera perdre quelques parties, mais en général, c’est une nouvelle expérience que nous découvrons dans ce mode zombie. Si vous êtes un puriste, vous pourrez toujours saigner chaque map totalement seul, sauf que dorénavant, vous aurez non pas une seule vie à chaque essai, mais 3 !

 

Black Ops 4 Zombies offre 2 scénarios au choix. Chaos et Aether., chacun avec ses propres personnages et sa propre histoire. Le scénario Aether prend place sur les anciennes maps remastérisées des jeux Black Ops, liées par une histoire de voyage dans le temps parallèle avec les 4 personnages originaux de Word at War. Chaos introduit 4 nouveaux personnages dans le monde zombie et bien que son histoire ne soit pas aussi complexe que celle d’Aether, elle reste compliquée à suivre si vous êtes nouveau au style des scénarios conduits par le joueur.

 

Les nouvelles cartes sont introduites via des cinématiques qui mettent en place la scène. Pendant que vous serez occupé à déglinguer les vagues de zombies, les personnages discuteront et feront des blagues à tort et à travers, ce qui permet d’approfondir le background des personnages. Les personnes désireuses d’une histoire un peu plus guidée pourraient avoir quelques difficultés avec les choix narratifs de Black Ops 4. Beaucoup d’histoires et de quêtes sont cachées derrière les fameux Easter Eggs de la série. Ce sont des objectifs cachés dans chaque niveau qui doivent être activés dans un ordre spécifique et, une fois complétés, actionnent une cinématique qui en dit davantage sur la trame principale.

 

Si vous ne voulez pas épier chaque subreddit du jeu ou essayer d’actionner chaque levier ou porte verrouillée, l’histoire en restera tout de même agréable. Les personnages s’adaptent parfaitement au motif du mode zombie et les nouvelles recrues ont des caractères un peu plus profonds. Ils forment une équipe de brillants voleurs et d’escrocs, travaillant ensemble pour dérober un ancien artéfact. Par exemple, Scarlett Rhodes est l’ouvreuse de coffre-fort et l’inventrice du groupe, mais plus l’histoire avance, plus vous en apprendrez sur son mépris pour son père et sa connexion à l’épidémie zombie à travers les murs du Titanic lors de sa descente.

 

 

Malheureusement, Black Ops 4 Zombie butte dans sa première map DLC. Dans le cadre du season pass ou de l’une des nombreuses éditions spéciales, vous pouvez obtenir un deuxième niveau remastérisé appelé Classified, un remake de la map Five de Black Ops 1. Dans Five, JFK, Nixon, Castro et Robert McNamara affrontent à des zombies dans le Pentagon. Cette fois-ci, Treyharch a opté pour les personnages originaux de World At War Zombie. Un de ces personnages est Takeo Masaki, un japonais interprété par Tom Kane.

Tous les personnages sont stéréotypés à mort ; vous pouvez entendre Nolan North décrire le paysage à travers Edward Richtofen, un docteur allemand plus que dérangé. Mais la performance et l’écriture de certaines lignes de Takeo Masaki dans Classified sont tellement imperceptibles qu’elles sapent l’atmosphère et les améliorations du mode Zombie et de la map.

 

Les dialogues ne sont pas intentionnellement offensants, juste un poil feignants et comptent sur des calembours dépassés pour faire rire. Nous sommes en 2018, et les blagues pipi caca n’ont plus trop leur place dans un jeu vidéo sombre et profond.

 

Ce que vous visiterez

 

3 maps complexes, détaillées et surtout complètement différentes complètent le jeu de base de Black Ops 4 Zombies. Dans IX, une arène de gladiateurs cède la place à 4 zones distinctes, chacune inspirée de dieux culturels, chacune construire au-dessus d’un labyrinthe de tombes, de cryptes et de temples cachés, tandis que Voyage of Despair emmène les hordes de morts-vivants dans les couloirs étroits et claustrophobiques du naufrage du Titanic. La map Blood of the Dead, inspirée d’Alcatraz, complète le pack et est le premier de la chronologie de l’histoire d’Aether. Les maps requièrent différents styles de jeu et d’apprendre ce qui marche ou ne marche pas pour chacune d’entre elles. C’est ce qui nous a motivés pour revenir aux bases du zombie et nous amuser un maximum !

Chaque map est non seulement jouable en mode survie, mais il existe un nouveau mode plus arcade appelé Rush. Dans Rush, les armes et les munitions sont gratuites. Le défi réside dans les sprints à prendre et les gigantesques hordes de zombies qu’il faudra tuer pour fabriquer un multiplicateur tout en évitant les dégâts entraînant une diminution de ce dernier. Le dynamisme et la nature un peu plus accompagnatrice de ce mode se prêtent à des sessions de jeu plus courtes et plus intenses ; un changement de rythme plus que bienvenu par rapport à la lente construction de l’expérience de base des Zombies.

 

Même si vous allez tout le temps courir, glisser, et tourner autour des zombies pour la majeure partie, le court répit entre les manches vous permettra de réellement vous imprégner des plus petits détails de la map. La mystérieuse lueur bleue des racines de l’arbre de vie celtique ou du grand escalier du Titanic, brisée et jonchée de débris. Plus nous jouions, plus nous voulions liquider très vite nos ennemis pour pouvoir nous promener, cherchant les secrets dans les coins de chaque lieu.

 

Bien que nous ne puissions pas tuer tous les ennemis une bonne fois pour toutes, nous avons été surpris à quel point le mode Zombie est personnalisable. Tout peut être modifié à votre guise, depuis le montant d’argent de départ pour chaque joueur jusqu’à la propagation des packs de zombie. Les jeux personnalisés ne comptent pas pour la progression en XP du joueur et de l’arme, mais la possibilité de passer à un mode personnalisé un peu plus facile rend l’apprentissage des niveaux beaucoup moins stressant.

 

La difficulté du mode principal peut également être réglée, bien que cela n’affecte apparemment que les dégâts causés par l’ennemi et la santé des joueurs. Chaque map a différents types d’ennemis et de vagues pour toujours vous garder en alerte. Par exemple, dans IX, sont introduits des tigres démoniaques et imposants, ainsi que des boss dans certaines manches qui lancent des haches, le tout combiné à des zombies normaux pour encore plus de chaos. Les zombies de base deviennent également plus résistants en cours de route, vous obligeant à chercher le Pack-A-Punch et la Mystery Box pour avoir les meilleures armes.

 

Plus qu’un remake, une réelle refonte !

 

Le classique et accrocheur jeu de tir Call of Duty reste inchangé, et honnêtement, si tout marche comme sur des roulettes, pourquoi changer de recette ? Les armes achetables ont l’air uniques, avec des effets sonores extraordinaires et une prise en main très satisfaisante. Les zombies explosent sous une pluie de viscères lorsqu’ils sont frappés par un explosif et les plus gros ennemis peuvent être démembrés en ciblant les parties désirées.

Ce qui est vraiment nouveau cette fois-ci, ce sont les armes spéciales choisies avant le début de la partie et rechargées à chaque ennemi que vous tuez. Ces artefacts mystiques ont souvent été la marque de fabrique de nos nombreux parcours à travers les niveaux. Quand notre dos était contre le mur et que nous n’avions nulle part où aller, nous avons convoqué un combo allant de l’épée et du fouet, au blunderbuss, pour finir par un canon à chaîne avec lance-grenades qui a immédiatement inversé la situation. Au départ, nous ne gardions nos armes spéciales que pour des situations tendues ou des boss, mais Treyarch encourage l’utilisation de ces armes, car plus vous les utilisez, plus elles deviennent puissantes.

 

Les Élixirs, qui remplacent les Gobblegums de Black Ops 3, sont également nouveaux. Ces bonus, pour la plupart temporaires, octroient des augmentations telles que l’acquisition d’atouts achetés en cas de mort ou le transport immédiat vers un emplacement aléatoire de la map. Trouver la combinaison parfaite vient avec les essais, mais surtout avec les échecs, même si nous avons aisément trouvé la téléportation Anywhere and Here et la grenade Equip-Mint inestimables dans toutes les situations. Vous commencez immédiatement avec les 4 élixirs que vous avez choisis, plutôt que de devoir trouver des distributeurs automatiques à chaque niveau, et ils se rechargent lentement après utilisation. Ce système est plus simple et plus facile à comprendre. Treeyarch s’appuie clairement sur tout ce qu’il a appris pour rendre les zombies plus accessibles aux nouveaux joueurs. Bien que nous, vétérans du zombie, aurions aimé un peu plus de challenge, comme nous l’offrait autrefois World at War et Black Ops 1.

 

Conclusion

 

Le zombie de Black Ops 4 est la preuve que l’équipe de développement est confiante qu’elle a itéré et amélioré la formule qu’elle a créée. L’ajout d’un tutoriel, d’une expérience de joueur unique plus rationalisée et d’une profusion de possibilités de personnalisation pour chaque partie montre que Treyarch souhaite que tout le monde expérimente ce que le studio a perfectionné au cours de la dernière décennie. Et avec le 10ème anniversaire de Call of Duty Zombies qui se profile, il n’y a jamais eu de meilleur moment pour se retrouver entre amis, s’enfiler un petit élixir et voir combien de manches vous survivrez.

Votez pour la qualité de cet article !

2 1

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>