Test de la carte graphique Gigabyte GeForce RTX 2080 Ti

La carte graphique Nvidia GeForce RTX 2080 Ti vient reprendre le flambeau de la GeForce GTX 1080 Ti, lancée en mai 2016. Vingt-sept mois séparent donc ces deux générations. Et avec la rumeur de l’arrêt, par NVidia, de sa gamme 1080, il y a fort à parier que les RTX 2080 ont de beaux jours devant elles !
Le monde des cartes graphiques est en constante évolution, aussi nous avons publié un dossier récapitulatif très complet sur les différentes cartes graphiques, ce dossier est complété par une sélection des meilleurs modèles de cette année 2018.

Le test de la carte graphique Gigabyte RTX 2080 Ti

Vue de la Gigabyte RTX 2080 Ti

Caractéristiques :

  • Mémoire:11Go
  • Type de mémoire :GDDR6
  • Fréquence: 1 350 GHz
  • Connectivité  :PCIe
  • Taille :28 x 12 x 4 cm

5etoiles

Vérifier le prix sur Amazon.

Avec Turing, Nvidia ne se limite pas à proposer une série plus performante que la précédente. La société mise également sur deux autres atouts censés embellir les jeux. À commencer par le rendu hybride combinant la classique rastérisation et le raytracing. La promesse est simple : proposer des jeux aux effets plus réalistes grâce à une accélération matérielle de la partie du rendu réalisée en raytracing.

Aspect visuel

Comme toutes les GeForce RTX 20, la GeForce RTX 2080 Ti utilise un GPU d’architecture Turing. Pour rappel, Turing apporte une nouvelle méthode de répartition des unités de calcul, des unités dédiées à l’IA (Tensor Cores), des unités dédiées à l’accélération du rendu raytracing (RT Cores) ainsi qu’une optimisation des différents niveaux de cache.
Au niveau Visuel, c’est trois gros ventilateurs sur le dessus et évidemment une double équerre pour la connectique.

Vue de la connexctique de la Gigabyte RTX 2080 Ti

Performances

La GeForce RTX 2080 Ti s’avère en moyenne 42 % plus véloce que la GeForce GTX 1080 Ti lorsque les jeux sont exécutés en 4K. La nouvelle venue devance également de 32 % la Titan Xp, le modèle sur architecture Pascal le plus rapide ayant vu le jour. Autant dire qu’AMD fait pâle figure à côté avec une Radeon RX Vega 64 qui est distancée de 89 % en moyenne.
Évidemment, l’écart se resserre à mesure que la définition baisse. La RTX 2080 Ti conserve ainsi une avance sur la GTX 1080 Ti de 29 % en WQHD et de 13 % en Full HD. Par rapport à la Titan Xp il est question de respectivement 20 et 8 %.

vue du dessus de la gigabyte RTX 2080 Ti

Avec la GeForce RTX 2080 Ti, Nvidia promet une carte graphique capable de débiter plus de 60 images par seconde en 4K. Dans la pratique, il est vrai que nombre de jeux peuvent être exécutés à plus de 70 i/s tandis que le reste frise la barre des 60. Un résultat plus que probant qu’on ne peut que saluer, d’autant plus que la RTX 2080 Ti est, à l’heure d’écrire ces lignes, la seule carte graphique du marché capable de proposer cela. Les différentes améliorations apportées par l’architecture Turing portent leurs fruits puisqu’on atteint une différence moyenne de 25 % au mieux par rapport à la meilleure des cartes Pascal, la Titan Xp. Possible néanmoins que cette différence puisse paraître insuffisante aux yeux de certains joueurs qui auront patienté plus de deux ans entre les deux générations de cartes.

Car le problème pour Nvidia, c’est que la firme recourt ici à une puce particulièrement imposante et utilisée dans sa plus grande partie. En plus clair, Nvidia a encore de quoi proposer un “super modèle” de type Titan en exploitant toutes les unités de la puce, mais la différence avec la RTX 2080 Ti ne pourra être énorme. Et autant ne pas se leurrer, l’arrivée d’une puce encore plus massive ne peut être au programme tant le GPU utilisé ici est déjà énorme. Bref, à moins d’un passage au 10 nm, Turing semble donc bien déployer quasiment toutes ses forces à travers la GeForce RTX 2080 Ti.

 

Consommation et overclocking

Nous l’avons vu, le passage au 12 nm est une grosse optimisation du procédé 16 nm des GTX 10 plutôt qu’un véritable nouveau process. Dans les jeux, la nouvelle carte de Nvidia est ainsi plus énergivore, plus d’unités de calcul à alimenter, notamment, que le modèle qu’elle remplace. On note ainsi des pointes à 296 watts contre 260 watts sur la 1080 Ti. La moyenne se situe aux alentours de 290 watts, ce qui est assez proche de ce que l’on observe sur une Radeon RX Vega 64. À noter, les 14 watts de consommation électrique au repos.

Vue de profil de la Gigabyte RTX 2080Ti

Avec l’avènement de la gamme RTX, Nvidia introduit un nouveau type d’algorithmes d’overclocking censés rendre superflus tout overclocking manuel. Ces algorithmes sont supposés être intégrés dans les logiciels de contrôles des constructeurs de cartes tels que EVGA ou MSI. Au lieu de tester au petit bonheur la chance le rapport fréquence/tension dans différents scénarios de charge, le programme effectue un scanner du système individualisé.

Le programme mesure les erreurs de calculs et est capable de mémoriser le dernier état avant que la carte ne crashe. Le programme résiste donc aux arrêts brutaux, et le logiciel de réglage permet d’augmenter la tension pour la fréquence donnée. Une fois que le scanner a trouvé la tension appropriée pour chaque fréquence, une courbe de réponse fréquence/tension est affichée à l’écran.

Vue du dessous de la Gigabyte RTX 2080 Ti

La GeForce RTX 2080 Ti se stabilise par défaut aux alentours de 1665 MHz boîtier ouvert et 1935 MHz après overclocking automatique. Boîtier fermé, la fréquence retombe à 1860 MHz. Un résultat honnête, mais imaginez un peu ce qu’on pourrait obtenir avec un refroidisseur Chiller permettant au chip de rester sous les 40°C … ça risque de faire des étincelles !

 

 

Points forts :

  • Jeu en 4K à 60 i/s enfin possible.
  • Efficacité énergétique.
  • Silence de fonctionnement.
  • La promesse du rendu hybride.
  • Sortie VirtualLink.
  • Qualité de fabrication

 

Points faibles :

  • La ventilation ne se coupe pas au repos.
  • Encore peu de visibilité sur les performances en raytracing.
  • Prix très élevé

5etoiles

Vérifier le prix sur Amazon.

Conclusion

Nvidia livre ici une carte graphique parfaitement adaptée pour jouer en 4K à 60 images par seconde voire plus. Une première que l’on salue d’autant plus que la firme distance effrontément la meilleure des cartes rivales, la Radeon RX Vega 64. La firme vise également le rendu de meilleure qualité via le raytracing et n’a pas ménagé ses efforts pour y parvenir en réalisant une puce particulièrement complexe, chère à produire, ce qui n’est pas sans conséquence sur le prix de la carte.

 

Votez pour cet article !

3 2