Home » Jeux Vidéo » Night Call

Night Call

night call

Le travail de conducteur de taxi n’est pas chose aisée. C’est un travail exténuant, qui met les professionnels face aux côtés les plus étranges et les plus imprévisibles de notre société. Les rencontres peuvent être dangereuses et chaque nouveau client apporte avec lui son lot d’appréhension sur le comment du déroulement de la course. Le travail de nuit est encore plus périlleux car tout peut basculer en un rien de temps. C’est d’ailleurs l’expérience qui nous est proposée à travers Night Call qui est un nouveau jeu  indépendant solo d’investigation, développé par BlackMuffin Studio ainsi que Monkey Moon et publié par Raw Fury Games, sorti le 17 juillet.

night call

C’est la nuit que ça se passe

L’action de Night Call se passe à Paris, et comme son nom l’indique peut-être, celle-ci se passera pendant la nuit. Nous ne jouons pas un vampire (quoi que…) mais un chauffeur de taxi travaillant la nuit pour subsister à ses besoins. Pour pimenter un peu les choses, de sombres événements sont en train de se produire dans lesquels nous  sommes impliqués directement.

La ville est terrorisée par un tueur en série qui parcoure les rues de la capitale la nuit. La police nous apprend que toutes les victimes ont utilisés les services de l’agence dans laquelle on travaille et qu’on est la dernière personne à avoir vu la dernière victime du tueur en vie, ce qui indique que cette affaire est liée à nous d’une manière ou d’une autre (on saluera les forces de l’ordre de ne pas nous avoir considéré comme un suspect sinon on aurait commencé l’aventure dans une cellule et non pas chez nous/à bord de notre taxi). Pour cette raison, on se retrouve impliqués dans l’enquête,  vu que notre métier de conducteur de taxi nous mène à avoir beaucoup de rencontres et de proximité avec les clients. Et c’est là que les deux aspects du jeu se combinent et se dévoilent.

D’un côté la mission principale, qui consiste à l’identification et l’arrestation du meurtrier en série, et de l’autre, il faut tout simplement survivre. Pour trouver le tueur, il faut glaner des informations. Pour le faire il faut discuter avec les clients et essayer de leur soutirer des informations (s’ils en ont) et ce en adoptant notre manière de parler selon l’interlocuteur. On peut poser des questions invasives, ou se montrer empathique ou complètement perdre son calme face à un client trop insupportable. Il faut savoir que nos interactions moduleront la progression de la discussion et peuvent même nous faire perdre un indice précieux, raison de plus pour peser le pour et le contre avant d’entreprendre une action avec le client/informateur.

Joindre l’utile à l’agréable

Concernant le fait de survivre, il ne faut pas oublier qu’on est chauffeur de taxi, ce qui veut dire qu’on a des factures et un loyer à payer, des dépenses liées à notre outil de travail ainsi que de quoi subsister. Ce qui veut dire que nos balades nocturnes devront être rentables si on veut continuer l’aventure, ce qui veut dire que tomber à court d’argent mènera à la fin de notre partie. Par contre, il est important à noter que nous ne ferons pas la conduite du véhicule, on devra juste s’occuper de faire par le client tout en jonglant entre enquête et revenus. D’ailleurs cet équilibre est primordial et il faudra par moment faire des choix difficiles et de privilégier soit l’enquête ou ce que la course va rapporter selon la situation et les besoins.

Le studio a également pensé à la rejouabilité de son jeu, programmant trois tueurs différents qui changent à chaque fois qu’on rejoue une partie. Celui que vous avez démasqué lors de la dernière partie ne sera pas forcément celui que vous devez attraper lors de cette partie. Pour ce qui est des courses, on peut les choisir nous-mêmes à partir de la carte disponible, ce qui aura une incidence certaine soit sur l’enquête ou le portefeuille. Les développeurs ont implémentés 75 passages différents dont chacun d’entre eux aura un chemin spécifique qui lui est unique. On aura 7 nuits pour trouver l’identité du tueur et ce durant notre créneau et à la fin de la journée de travail (de la nuit du coup), on rentre chez soi pour se reposer et essayer de coller les indices trouvés le soir, ensemble.

night call

Le style graphique du jeu rend aussi bien hommage à son titre qu’à son genre. Les lieux et les personnages sont dessinés à la main en noir et blanc avec quelques rares touches de couleurs éparses, qui subliment encore plus le rendu visuel. Tout l’univers est mis à disposition de la narration sur laquelle le jeu se concentre. L’exemple du personnage nommé Djena est un exemple parlant de l’attention apportée par les développeurs au récit. Djena est une médecin qui vient de perdre son patient. Elle est bouleversée et chamboulée par l’expérience. Ce personnage est inspiré par une personne proche de l’équipe de développement qui était interne de médecine à l’époque et qui a perdu un patient. Tous les personnages (du moins c’est ce que les développeurs attestent) sont soit tirés d’une réelle histoire, soit ont été inspirés par des personnes vivantes/ayant vraiment vécus.

Écrit par
Saktus test régulièrement des jeux vidéos et nous fait des compte rendu aux petits oignons !

Vote pour cet article !

0 0

Donne ton avis !

Une question ou une correction à apporter à l'article ? Vous devez entrer votre adresse mail ainsi qu'un pseudo pour écrire un commentaire pour éviter le spam. Nous ne partagerons pas ces informations.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>