Home » Clavier Gamer » Review du Roccat Vulcan 120 AIMO

Review du Roccat Vulcan 120 AIMO

Résumé
Avec son Vulcan 120 AIMO, Roccat nous présente un clavier au design splendide, offrant une très bonne qualité de fabrication et de finition. Avec ses switchs maison, il offre de très bonnes performances tant en bureautique qu’en jeu. Il est juste dommage que, pour un clavier haut de gamme et compte tenu de son prix élevé, on n’ait pas droit à plus de fonctionnalités comme des touches macros dédiées.
Les +
  • Design atypique
  • Repose poignet aimanté
  • Réactivité et souplesse des touches
  • Frappe agréable
  • Qualité de fabrication et finition
Les -
  • Pas de touches macros dédiées
  • Logiciel Swarm un peu en retrait
  • Prix élevé face à la concurrence et aux fonctionnalités proposées.
8.3
Tier 1
Design  - 9
Matériaux  - 9
Fonctionnalités  - 7
Frappe gaming  - 9
Saisie texte  - 9
Silencieux  - 7

À sa sortie, le clavier Vulcan 120 était le nouveau fer de lance de la marque Roccat. Avec une conception entièrement revue par rapport à ses prédécesseurs, le dernier né des claviers mécaniques du constructeur allemand cherche aussi à se démarquer de ses concurrents au travers de son design. Et ce n’est pas tout, puisque Roccat veut imposer ses propres switchs qui seraient 20% plus rapides que ceux de la concurrence !

Présentation

Le clavier Vulcan 120 a été clairement conçu pour les gamers ; de type mécanique, ses switchs s‘activent après une course de 1,4 mm. Livré avec un repose-poignet magnétique facilement détachable, son look très futuriste saura séduire les gamers accrocs au rétroéclairage RGB, très réussi sur ce Vulcan 120, notamment avec des interrupteurs translucides et un clavier de type frameless.

son look très futuriste saura séduire les gamers accrocs au rétroéclairage RGB, très réussi sur ce Vulcan 120, notamment avec des interrupteurs translucides et un clavier de type frameless.

Dans la boite, le bundle est sommaire : en plus du clavier, le repose-poignet, des stickers Roccat et un manuel d’utilisation.

A voir : Review du Roccat Vulcan 100 Aimo 

Design et ergonomie

On le sait, Roccat cherche toujours à innover et ce n’est pas cette gamme Vulcan qui va le contredire, notamment avec le Vulcan 120 qui a vraiment une belle gueule, il faut le reconnaitre !

Le design est assez minimaliste, ultra fin avec des touches sans bordures, des keycaps limités au strict nécessaire qui n’englobent pas toute la touche faisant ainsi la part belle à un éclairage AIMO très réussi.

des keycaps limités au strict nécessaire qui n’englobent pas toute la touche faisant ainsi la part belle à un éclairage AIMO très réussi.

Avec des touches dites « low profil », donc moins hautes que ce que l’on trouve habituellement, ces fameux switchs Titan sont intégrés dans une magnifique plaque en aluminium brossé qui contribue tant au design qu’à la solidité et la durabilité de l’ensemble.

ces fameux switchs Titan sont intégrés dans une magnifique plaque en aluminium brossé qui contribue tant au design qu’à la solidité et la durabilité de l’ensemble.

On note tout de suite que le constructeur a appris des erreurs de ses concurrents, puisque les LEDs d’indication du clavier ne se trouvent pas au-dessus du pavé numérique, mais en dessous et sont donc parfaitement visibles.

Avec des dimensions de 46,2 x 23,5 x 3,2 cm, ce Vulcan 120 AIMO est plutôt de type compact et offre une épaisseur des plus fines dans le secteur des claviers mécaniques. Avec un poids de seulement 1,15 kg, ceux qui ont l’habitude de se balader avec leur clavier sous le bras devraient apprécier !

L’ensemble respire la qualité et aucune torsion n’est à noter lorsque l’on appuie dessus, même fermement. Les finitions sont également au rendez-vous, même si l’on pourra regretter ces deux vis apparentes et un peu disgracieuses situées au-dessus des touches F1 et F4.

même si l’on pourra regretter ces deux vis apparentes et un peu disgracieuses situées au-dessus des touches F1 et F4.

Ici, pas de touches macros dédiées mais on pourra configurer les 6 touches se trouvant au-dessus des flèches directionnelles, qui sont d’ailleurs sérigraphiées M1 à M6, ainsi que les touches F1 à F12 via le logiciel SWARM.

les 6 touches se trouvant au-dessus des flèches directionnelles, qui sont d’ailleurs sérigraphiées M1 à M6, ainsi que les touches F1 à F12 via le logiciel SWARM.

Au-dessus du pavé numérique, on trouve 3 boutons plus une molette qui semble échappée d’une table de mixage ! Le premier bouton permet de couper le son tandis que les deux autres détermineront l’action de la molette qui sera soit de régler le volume sonore soit de gérer l’intensité du rétroéclairage.

soit de régler le volume sonore soit de gérer l’intensité du rétroéclairage.

En retournant la bête, 3 grands patins en caoutchouc assurent la stabilité de l’ensemble sur le bureau, et des patins supplémentaires sur les pieds rétractables vous permettront de régler l’inclinaison du clavier.

Bien qu’on soit sur du clavier haut de gamme, il n’y a aucun port USB déporté ni même de sortie audio. Un peu dommage, pour le coup…

Au niveau ergonomique, le repose-poignet remplit le contrat en offrant un bon confort puisqu’il est assez profond pour être réellement utile.

Pour la partie éclairage, il faut avouer que ce Vulcan 120 en jette, de par sa conception qui fait la part belle aux différents effets de lumière grâce à ses keycaps de type low profil et aux touches à la structure transparente, ce qui permet de répartir uniformément la lumière.

Fonctionnalités et frappe

Le Vulcan 120 AIMO, se connecte en USB via un câble tressé d’1,8 m qui semble bien costaud ; en revanche, on ne trouve pas de gouttière pour le faire passer d’un côté ou de l’autre du clavier, la sortie se fera donc obligatoirement au milieu.

on ne trouve pas de gouttière pour le faire passer d’un côté ou de l’autre du clavier, la sortie se fera donc obligatoirement au milieu.

Si le clavier offre un design assez atypique, la disposition des touches est ce qu’il y a de plus classique. On remarque tout de suite l’absence de touches macros et, honnêtement, sur un clavier de ce prix dédié au gaming, je trouve ça vraiment dommage. Pour avoir des macros, il faudra faire un tour par le logiciel et configurer les 6 touches situées au-dessus du pavé directionnel et sur lesquelles on trouve la sérigraphie M1 à M6.

configurer les 6 touches situées au-dessus du pavé directionnel et sur lesquelles on trouve la sérigraphie M1 à M6.

Les touches Fn, qui peuvent être modifiées, ont déjà des raccourcis attribués : les touches F1 à F4 permettent de basculer entre différentes configurations préétablies ; les touches F5 à F8 vous permettront, par exemple, d’accéder à votre boite mail ou à l’explorateur Windows quand les touches F9 à F12 sont destinées aux contrôles des contenus médias.

Pour contrôler tout ça, il faudra passer par le logiciel SWARM, disponible gratuitement sur le site du constructeur. Ce logiciel vous permettra donc de gérer l’attribution de toutes ces touches mais vous permettra également de configurer divers profils en fonction de vos jeux.

Mais attention : lorsque l’on est sur l’onglet « attribution des touches », on remarque que pour la plupart des touches du clavier, on peut seulement remplacer la touche attribuée à une action par une autre sans avoir de véritable possibilité de remapper à volonté le clavier.

on peut seulement remplacer la touche attribuée à une action par une autre sans avoir de véritable possibilité de remapper à volonté le clavier.

Pour avoir des commandes plus complètes et plus complexes (comme les macros), vous ne pourrez les attribuer qu’aux touches M1 à M6. Heureusement, pour pallier ce manque de liberté dans la configuration des touches, Roccat a laissé disponible l’option Easyshift[+] qui permet d’attribuer une action secondaire à une même touche, ce qui double le nombre de commandes du clavier.

Roccat a laissé disponible l’option Easyshift[+] qui permet d’attribuer une action secondaire à une même touche, ce qui double le nombre de commandes du clavier.

Évidemment, le logiciel vous permettra, bien sûr, de gérer ce magnifique éclairage RGB AIMO dont dispose le Vulcan 120. Soit vous vous contentez des divers effets, très réussis, proposés par le constructeur, soit vous pouvez personnaliser entièrement l’éclairage via le… « mode personnalisé ». Il vous permet de configurer une couleur spécifique pour une zone déterminée (pavé numérique, ZSQD, touches fonctions, etc.) ou d’appliquer un effet défini et différent sur chacune de ces zones. Si l’éclairage est juste splendide, il est dommage de constater que l’ensemble du logiciel offre nettement moins de possibilités que sur un clavier Steelseries ou Razer.

Pour ce qui est de la frappe, on trouve donc ces fameux switchs Titan, qui ont été développés en collaboration avec TTC, exclusivement pour la gamme Vulcan.

on trouve donc ces fameux switchs Titan, qui ont été développés en collaboration avec TTC, exclusivement pour la gamme Vulcan.
  • Technologie de touche : mécanique Titan
  • Rétroéclairage : RGB
  • Raccourcis multimédia : oui
  • Anti-ghosting : oui
  • Touches macro dédiées : non
  • Poids : 1,15 kg

Le constructeur affirme qu’ils sont 20% plus rapides à l’activation que ceux de la concurrence. Annonce difficilement vérifiable puisque le constructeur ne précise pas par rapport à quels switchs ils sont plus rapides !

Si l’on regarde les spécificités de ces switchs : une course totale de 3,6 mm et un point d’activation à 1.8 mm (pas d’info sur la force nécessaire à l’activation), cela nous indique que ces interrupteurs sont entre des MX Brown et des MX Speed.

Avec des keycaps plus fins et sans bordure, les débuts en termes de frappe sont un peu laborieux et les fautes de frappes seront nombreuses au départ. Mais une fois ce temps d’adaptation passé, les bonnes habitudes reviennent vite et la frappe devient rapide et fluide, rendant la saisie de texte agréable.

En jeu, ce Vulcan 120 AIMO se montre très réactif, les touches répondent très rapidement et offrent un très bon rebond et donc un retour également rapide. Les touches ne sont ni trop petites ni trop grosses et leur positionnement est parfait pour jouer.

Notons que ce clavier est plutôt bruyant. Certes, les switchs font moins de bruit que des Cherry MX Blue, mais l’activation reste bruyante et ce bruit est légèrement amplifié par l’absence de châssis recouvrant les switchs. Donc, attention où vous jouez avec ce clavier !

A lire également : J’ai testé le Klim Chroma 

Conclusion

Avec cette gamme Vulcan, Roccat a clairement voulu démontrer son savoir-faire dans le domaine du clavier pour gamer et propose un clavier unique et pas seulement une énième évolution d’un modèle existant.
Certes, visuellement, ce Vulcan 120 AIMO nous en plein les mirettes, avec un design atypique et très flatteur, mais est-ce que cela justifie son prix de près de 145 euros, actuellement en promo sur Amazon ? Rien n’est moins sûr d’autant que, dans cette gamme de prix, la concurrence proposera des claviers avec beaucoup plus de fonctionnalités, comme des touches macros dédiées ou un port USB Pass-Through par exemple.

Ce Vulcan 120 AIMO, qui offre de bonnes performances en jeu, pourra séduire les gamers amoureux du design et fans d’éclairage RGB.

Et si ce clavier ne vous convient pas, je vous invite à consulter notre guide d’achat de claviers pour gamers afin de trouver celui qui répondra à vos attentes.

Écrit par
Emmanuel est le testeur en chef du site : chaises, casques, souris tout y passe !

Vote pour cet article !

0 0

Donne ton avis !

Une question ou une correction à apporter à l'article ? Vous devez entrer votre adresse mail ainsi qu'un pseudo pour écrire un commentaire pour éviter le spam. Nous ne partagerons pas ces informations.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>